Carmen Cru-Elle is back on track – la reprise du sport après la maternité en dix points

Oui vous avez bien lu, 20 semaines après la naissance de Zoé, j’ai rechaussé mes patins, remis mes rayures, et zou! c’est parti… Enfin, c’était presque aussi simple que ça… Je vous raconte !

1 – une nouvelle équipe :

Tout d’abord, je ne me voyait pas continuer à traverser la banlieue et Paris pour aller m’entraîner. J’ai donc décidé de quitter l’équipe Championne de France des Paris RollerGirls, pour l’équipe de ma ville, les Nasty Pécheresses de Montreuil. Adhésion plus onéreuse, mais gymnase à 10mn de bus (et 5 de voiture, 8 en vélo)… Pour trouver la motivation de reprendre le sport, c’était nécessaire, et pour les avoir déjà visitées, j’ai toujours vu des poussettes sur le côté du gymnase. Ligue familiale, des copines, allez on y va alors !

2 -une organisation paramilitaire :

Comme chaque nouvelle chose à faire avec bébé, je découvre le roller derby en tant que maman. Aller à l’entraînement, particulièrement lorsqu’il y a un rendez vous avant demande une grande organisation. Ne rien oublier. Prévoir le chaud, le froid, le bruit, la faim, le change, le sommeil, la peur. Au final on a emporté :

  • des pulls de toutes les épaisseurs et une combi chaude
  • la poussette
  • une couverture
  • un jouet
  • le porte bébé manduca (le papa ne porte pas en écharpe)
  • j’ai tiré du lait (qui est resté dans le frigo, mais y’avait de l’idée)
  • des chaussons chauds
  • des chaussons moins chauds
  • un casque anti bruit
  • le sac à langer gavé jusqu’au bec
  • une tenue de rechange complète pour Zoé
  • un sweat zippé de portage en polaire (pour le papa et Zoé)

3 -l’aide du papa :

Laisser ma fille 3 heures (trajets inclus) pour aller m’amuser n’est pas encore à l’ordre du jour… Du coup l’idée c’était que le papa nous emmène, et s’occupe de Banana le temps de l’entraînement. Heureusement qu’il aime le roller derby et le pratique aussi !

4 -l’aide de Zoé :

Dans l’idée, mademoiselle devait passer deux heures sympa avec son papa… dans la pratique, ça a été un peu différent, vu qu’elle n’était pas encore super habituée à toutes les nouveautés (dont la plus grande : quand je crie maman  n’accourt pas?)

5 -maman en patins :

J’avais peur, très peur de remonter sur mes patins. 12 kg en moins, un bassin qui a forcément bougé  avec l’accouchement, plus d’activité sportive depuis un an. Et puis c’est pas exactement comme si j’étais une super pro du patin avant ! Des sensations étranges pour moi, une douleur au niveau du bassin, des ligaments qui ont bougés… en bref… ça va, mais il va falloir retrouver une musculature. Par contre, je fume tellement moins que j’ai pû vraiment voir la différence sur l’endurance. Bon point ça !

6 -l’entraînement :

Alors, l’entraînement commence par un renforcement musculaire, que j’ai volontairement séché. Pour cause de reprise et de ne pas vouloir passer la semaine à m’en remettre avec des courbatures. Oui j’avoue, il m’était nécessaire de vite rechausser, et me rassurer. J’ai retrouvé mes sensations, je vais, j’imagine, essayer d’être régulière et de progresser. Par contre, entre nous, la vision d’arbitre est partie, il me faut d’ores et déjà bien réviser… Dur dur !!

7 -l’équipement :

Un détail, rien du tout, mais je n’avais pas pensé à acheter un soutien gorge de sport pour l’allaitement… De plus, le lait tiré étant resté au frigo, eh ben, à la guerre comme à la guerre, j’ai dû allaiter en milieu d’entraînement, en me mettant à moitié à poil et en dégrafant mon soutien gorge de sport « hi impact ». Au moins je sait désormais que c’est possible, et banana n’est pas gênée par les odeurs de protections ! TANT MIEUX !

On est d’accord, j’hésite à investir quand même… Le seul et unique soutien gorge sur le marché étant celui-ci, son prix m’effraye un peu… (Par contre si la marque ou un distributeur veut un crash test sur un sport intensif avec une grosse poitrine, n’hésitez pas à me contacter !)

8 -l’après :

J’avais prévu de lui donner une tétée directement à la fin de l’entraînement… mais en fait, on ne l’as pas fait… quelle erreur ! A l’heure où elle se couche habituellement, un peu morte de faim, fatiguée… le retour fût difficile pour ma puce, et à peine garée j’ai attrapé le cosi dans la voiture, rentré ma fille et moi et directement collé la puce au sein pour une grosse tétée un peu odorante (à 5 mn de la maison, j’opte pour la douche chez moi). C’est noté pour la prochaine fois.

9 -le lendemain :

Réveillée par mes muscles douloureux quand même… je sait que c’est que le début… Manque de sommeil, manque d’eau aussi, une journée pas évidente au final pour maman, Banana n’avait pas de courbatures par contre !

10 -le surlendemain :

C’est aujourd’hui. J’ai mal à des endroits parfaitement incroyables. Mais j’ai déjà hâte d’être à mercredi prochain, pour retrouver ce moment « juste pour moi »… Expérience réussie, d’ici peu, je pourrai même laisser papa et Banana ensemble à la maison pendant que j’irai à l’entraînement en vélo !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s